Actualités

Actualités

Vue sur cour – 3

Ça sent bon les vacances …. Les départs pour certains, le repos tout simplement pour d’autres. La fin des examens des enfants, mon fils m’annonce qu’il veut être avocat pour lutter contre les injustices et défendre les libertés fondamentales … je l’y encourage, évidemment ! Et je vois cela comme un signe positif ; il reste toujours quelque chose de l’éducation que l’on donne à ses enfants et des valeurs que l’on s’efforce de leur transmettre.

Bouclage des dossiers professionnels avant quelques jours de repos je crois bien mérités.

Et un peu de temps pour boucler cette année politique bien chargée et pleine de surprises, bonnes et mauvaises.

Le dernier conseil municipal a été épique, il faut bien le dire. Cette sensation juste avant d’arriver en séance que le dernier conseil avant la trêve estivale va être tendu et éprouvant. Parce que nous sommes obligés de nous battre chaque seconde pour défendre notre liberté d’expression, nous, élus de l’opposition.

Acte 1

Marie-Jo Zimmermann rappelle les textes de loi, la jurisprudence, les droits de chacun, la liberté d’expression des représentants de plus de 41% des électeurs messins.

Certains élus Verts sont visiblement gênés par l’attitude du Maire, lequel réitère sa volonté de museler son opposition … 3 minutes de parole par-ci, aucune par là….

Moi Maire de Metz, je décide, j’impose, et j’ai oublié depuis longtemps les fondements même de mon engagement: le droit reconnu à chacun de pouvoir s’exprimer, notamment sur des sujets aussi importants que les points budgétaires et la gestion financière de notre ville.

Pour ceux qui ne travaillent pas leurs dossiers ou qui n’ont rien à dire, évidemment 3 minutes c’est presque trop … mais lorsque ce sont des débats budgétaires que l’on veut censurer pour éviter les critiques de son opposition, cela n’est pas acceptable.

En son temps, Dominique Gros (alors dans l’opposition de Jean-Marie Rausch) a ferraillé dur contre la limitation du temps de parole. Et pourtant, Jean-Marie Rausch n’avait jamais poussé le bouchon aussi loin.

Alors nous nous battons, nous rappelons au Maire que ce qu’il tente de faire est illégal, tout simplement. Les textes sont là pour le lui prouver. Il suspend la séance et finit par lâcher.

Nous nous exprimerons donc lors de ce conseil municipal. Première victoire sur l’autocratie du Maire.

Acte 2

C’est parce que nous pourrons nous exprimer que nous parviendrons à dénoncer le bluff permanent de cette équipe. Des chiffres, des constats affirmés avec force par l’adjoint aux finances lors du débat budgétaire de décembre dernier (que je vous recommande de réécouter) et dont nous démontrons le caractère erroné, pour ne pas dire mensonger. Un emprunt de 10 millions d’euros dissimulé, destiné à combler les déficits budgétaires des exercices précédents…

Quel crédit donner désormais à une équipe qui passe son temps à “rouler dans la farine” tant la population que ses représentants?

Beaucoup de sujets seront abordés lors de ce conseil. La presse en a relaté quelques uns, beaucoup d’autres comme le projet éducatif de territoire et la réforme des rythmes scolaires ou la réforme territoriale ont également donné lieu à débat. Le Maire ne nous laissera pas nous exprimer sur le palais des congrès, sujet bien trop sensible qui agite désormais sérieusement les Verts…ils réclament le débat promis par le Maire pendant la campagne électorale. À suivre.

Il ne s’agit pas ici de refaire le conseil, le site de la ville est à disposition de chaque citoyen qui souhaite réécouter les séances en fonction de ses centres d’intérêt.

Le temps est venu de se poser, de se ressourcer et de construire. Construire pour nos enfants, pour qu’ils aient envie de grandir ici, à Metz, puis de s’y installer. Construire pour que notre ville se transforme harmonieusement, sans laisser personne sur le bord du chemin et en cessant d’opposer les uns aux autres. Construire pour redonner à Metz cette richesse qui a fait d’elle notre capitale régionale. Construire pour que enfin, l’intérêt général soit plus fort que les intérêts particuliers et partisans. Construire pour que l’intégrité et l’exemplarité redeviennent notre marque de fabrique.

Et pour que “Au fond, à gauche”, la raison finisse par l’emporter sur des considérations bien trop partisanes et éloignées de la réalité.

Bonnes vacances à toutes et à tous !