Vue sur Cour 4

fullsizerender

Depuis 48h, les réactions nombrilistes de nos élites locales se multiplient sur les réseaux sociaux … plutôt que de chercher à comprendre, elles préfèrent traiter de cons ceux qui viennent d’élire Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Quelle haute opinion ont-elles d’elles-mêmes ! Quel mépris du peuple !

Ces électeurs sont-ils tous des crétins ?

L’establishment et la bien-pensance ont échoué. Pourquoi ? Parce que l’élite des « sachants » a refusé d’entendre la colère du peuple. Je ne parle pas seulement de souffrance, mais bien de colère.

Et chez nous ? La colère est immense également.

La colère face à l’injustice.

L’injustice que ressent celui qui travaille sans compter ses heures, qui paie ses impôts, qui paie ses trajets pour se rendre à son travail, qui paie la cantine, les activités périscolaires et les centres aérés pour ses enfants et n’a plus suffisamment pour boucler ses fins de mois et encore moins pour partir quelques jours en vacances. Celui-là même qui, au final, se retrouve avec moins que certains de ses voisins qui n’ont pas de travail mais finissent par mieux s’en sortir.

La colère de celui qui a choisi d’entreprendre et ne s’en sort plus, assommé par les charges qu’il doit supporter.

La colère de celui qui ne peut plus dormir parce que tous les soirs et toutes les nuits, en bas de chez lui, les trafics et réunions en tout genre se multiplient.

La colère de celui qui voit ses enfants rentrer de l’école en baissant la tête par peur de froisser les dealers installés dans le hall et les étages de son immeuble.

La colère de celui qui subit l’insupportable et l’inacceptable.

La liste serait bien trop longue.

C’est en ne nommant pas les choses qu’on aggrave les problèmes.

C’est à force de nier l’évidence, à force de ne pas régler les problèmes quotidiens des citoyens, à force de traiter de populistes ceux qui osent affronter les « sachants » que se fait le lit des extrêmes.

Soigneusement. Et inexorablement.

Commenter

Your email address will not be published.