Séance plénière du Conseil Régional de Lorraine – Dynamique des territoires

Monsieur le Président,

Il y aurait beaucoup de choses à dire concernant cette dynamique des territoires et le bilan de votre action. Nous pourrions parler de Chambley qui a été la priorité de votre mandat (90 millions annoncés à l’horizon de 2017), nous pourrions évoquer la malheureuse affaire Skylander (21 millions dont 4 seulement récupérés ) nous pourrions aussi évoquer vos engagements électoraux non tenus ( doublement A31 et Vandières)… vous êtes aux manettes depuis 10 ans, que laisserez-vous à la Lorraine, qu’aurez-vous fait pour les lorrains, qu’aurez-vous fait pour nos territoires ?

Quid du devenir de notre aéroport ? Je ne suis pas certaine que le fait d’en faire un nouvel espace d’exposition le rende plus performant …

Où en sont les discussions que vous nous aviez annoncées lors d’une précédente séance pour faire de l’aéroport Metz Nancy Lorraine un troisième aéroport parisien ? Est-ce un sujet si délicat pour que vous ne répondiez jamais aux questions récurrentes qui se posent concernant son avenir ?

D’autre part, votre rapport de budget primitif 2015 consacre une proposition entière à la « nouvelle génération » de contrats de partenariat entre la Région et les territoires, proposés pour les 6 années à venir, dont l’objectif est de « territorialiser l’ensemble de ses politiques en les adaptant aux spécificités de chacun des territoires locaux », les anciens contrats d’appui au développement des territoires (CADT) mis en place en 2012 n’ayant pas été à la hauteur de vos espérances, loin s’en faut. Vous en reconnaissez aujourd’hui les faiblesses, les effets pervers, et disons-le, les mauvais résultats.

Bien sûr il ne vous sera pas fait grief d’avoir organisé le bilan de ces contrats puisque c’est l’un des rares domaines où une évaluation a été faite sous votre mandature.

Nous aurions aimé qu’en matière économique comme en matière de formation professionnelle, ce soit également le cas. Nombreux sont les dispositifs que vous avez mis en place à grand renfort de communication, et qui auraient mérité d’être évalués puis rapidement réajustés ou réorientés. Vous y auriez gagné en lisibilité, en crédibilité aussi, et les débats dans cette assemblée s’en seraient certainement trouvés enrichis. Malgré nos multiples demandes, cela n’a pas été votre choix.

Il ne vous sera pas fait grief non plus que la Région se penche sur le devenir de territoires dits de proximité après la somme de considérations souvent « aériennes » qui nous a été infligée depuis 2010.

Je pense notamment à cette « Région Métropolitaine Polycentrique et Transfrontalière » où vous avez tenté de réaliser, pour des raisons manifestes d’équilibre politique, le grand écart entre les intérêts des zones géographiques les plus développées et les territoires éloignés du sillon lorrain et des zones frontalières, qu’il faut aider évidemment, certains accusant aujourd’hui un retard de développement tant économique, que social ou démographique.

La constitution de la future Région Grand Est ne change rien à cette problématique, la Champagne Ardenne par exemple devant elle même faire face à ce type de difficultés.

Toutefois, la méthode pose ici une nouvelle fois problème :

– Nous allons demain fusionner avec deux autres Régions … La signature et surtout le « modèle » lorrains s’imposeront-ils aux deux autres Régions ? Le devenir de ces contrats interroge à court et moyen terme ;

– Dans un contexte budgétaire tendu, où les recherches d’économies, de mutualisations, de rationalisation seront la règle, la pérennité budgétaire des actions déployées au titre de ces contrats, tel qu’ils sont formatés pose également questions. Même si l’on considère que la territorialisation des politiques publiques gardera tout son sens dans ce nouvel ensemble, le principe de réalité budgétaire s’imposera à tous et il ne faudrait pas créer artificiellement en Lorraine un sentiment de frustration voir d’abandon.

Alors c’est bien le tempo de cette nouvelle génération de contrats qui n’est pas le bon, nous les voyons malheureusement apparaître dans ce dernier budget par calculs politiques alors que vous auriez pu opter pour un soutien transitoire aux territoires de proximité, ce qui aurait permis de ne pas interrompre cette année l’appui régional tout en n’injuriant pas l’avenir.

Commenter

Your email address will not be published.