Pourquoi je n’ai pas voté l’augmentation des impôts au département

16508792_10210317322426619_7067999748256028215_n

Parce que je m’y suis engagée lorsque j’ai été élue, je n’ai pas voté l’augmentation des impôts au Département.

Il y a dans la vie publique des moments difficiles, le vote du Budget et de la fiscalité en est un incontestablement.

Les Départements en général et le Département de la Moselle en particulier se trouvent dans une situation extrêmement difficile. L’Etat nous impose avec un cynisme absolu une réduction drastique de la Dotation Globale de Fonctionnement (134 millions en 3 ans) alors que nos dépenses obligatoires pour l’attribution des allocations individuelles de solidarité (RSA-APA-AAH) ne cessent d’augmenter, en raison d’une part du marasme économique dans lequel ce même État nous a plongés ces cinq dernières années, et d’autre part des revalorisations de ces aides sociales décidées par le même gouvernement, sans juste compensation financière.

Il est indéniable que le Département est la collectivité la plus menacée par ces coupes drastiques, menacée dans la juste mise en œuvre de ses missions de service public. Difficulté largement amplifiée par la condamnation du Département  à payer 10 millions d’euros pour la construction du nouveau palais des congrès suite aux actions judiciaires initiées par la SPL Metz Congrès.

Ces 10 millions, c’est autant que nous n’aurons pas pour des actions de solidarité par exemple.

Pour autant, je ne peux être sourde aux mises en garde et aux grondements de nos concitoyens. Je ne peux être sourde au ras-le- bol fiscal et à la défiance vis à vis des femmes et hommes politiques que nous sommes. 

Et je mesure  pleinement le  sentiment d’injustice qui est le leur face aux efforts toujours plus grands que nous leur demandons.

Alors oui, nous avons fait des économies, et il faut saluer ici les efforts importants qui ont été réalisés. Mais je crois que nous devons et pouvons en faire encore davantage. 

Nous devons aussi dire la vérité et expliquer à nos concitoyens que la politique qui était celle du Département il y a encore quelques années ne peut plus désormais être menée. Notre politique sera forcément différente avec les contraintes budgétaires que nous connaissons désormais.

Le monde a changé. Il nous faut faire des choix et peut être – certainement – renoncer pour un temps aux ambitions et aux projets qui furent les nôtres. Nous recentrer sur notre cœur de métier: les collèges, les routes, la solidarité.

J’ai la conviction profonde qu’actionner aujourd’hui le levier fiscal n’est pas la bonne solution. Et qu’il nous faut d’abord agir sur les dépenses et sur nos compétences.

Lorsque j’ai été élue au Département en 2015, je  me suis engagée à ne pas voter d’augmentation fiscale, mesurant pleinement l’exaspération de nos concitoyens. Je veux rester fidèle à cet engagement et loyale à l’égard des citoyens qui m’ont accordé leur confiance. Je veux rester fidèle à mes convictions et respecter cet engagement. 

C’est le choix que je fais aujourd’hui, en responsabilité. 

Commenter

Your email address will not be published.