Nouveau siège de Metz Métropole : propriétaire plutôt que locataire, mais pas à n’importe quel prix !

Crédits photos : Républicain Lorrain

Crédits photos : Républicain Lorrain

Monsieur le Président, chers collègues,

Je m’exprimerai ce soir en mon nom et également au nom de Martine Nicolas. Nous voudrions comprendre ce que signifie un vote indicatif.

Soit on vote, soit on ne vote pas. Manifestement, vous avez déjà décidé entre vous et vous voterez entre vous, entre maires, en bureau, Soit ! Preuve que nous sommes ici considérés comme des élus de seconde zone ! 

Je ne me prêterai pas à cette mascarade. Et je  ne  prendrai pas part à un vote qui n’en est pas un.

Sur un sujet comme celui-là, vous seriez sortis grandis en organisant un référendum local. C’était tout d’abord un excellent moyen de jouer la transparence, d’associer les citoyens sur un projet de cette ampleur et peut-être de recueillir leur adhésion.

Je suis navrée de constater que le degré d’information des élus  varie en fonction de là où on se trouve. Et il faut bien le dire, lorsqu’on est dans l’opposition du Maire de Metz, c’est plus compliqué pour obtenir des informations à Metz Metropole, sauf peut-être pour quelques-uns. Mais moi je  ne suis pas une courtisane et je déplore cette manière de faire.

Sur le fond de ce dossier, je vais profiter de ce temps de parole pour vous dire ce que j’en pense. Je vous ai écrit avec des demandes extrêmement précises. Et je ne demandais qu’à être convaincue par votre projet.

Sauf que pour toutes réponses je n’ai eu que des éléments approximatifs, subjectifs et d’une grande généralité. Ne permettant absolument pas, lorsque l’on dispose d’un minimum de rigueur intellectuelle, d’appréhender de manière sincère et objective les avantages et inconvénients d’un tel projet.

Aucune réponse concernant le nombre de m² actuellement occupés pour chacun des sites, l’année de construction de chacun des bâtiments actuellement occupés, le nombre de personnes y travaillant (détail par site).

Aucune réponse sur le montant des loyers pour chacun des 8 sites ni de communication des baux.

Aucune information concernant le coût des fluides pour chaque bâtiment (chauffage notamment).

Aucune information sur la justification du coût annoncé (33 millions d’€ TTC, sans parler des intérêts de l’emprunt évalués à 5 millions), le prix du marché étant actuellement autour de 1000€ HT/m² pour des bâtiments commerciaux, et de 1500€ HT/m² pour du tertiaire passif ou 2000€ TTC avec la maîtrise d’oeuvre (ref le Moniteur, c’est ce qu’a coûté la construction du nouveau siège du Centre régional des Energies renouvelables en Poitou Charentes).

Le prix au m² pour ce nouveau siège est de 2350€HT avec les parkings (soir 2800€/m² TTC) pour un bâtiment basse consommation et non passif.

Aucune réponse concernant l’existence ou non d’antennes au futur siège (l’ensemble des services sera-t-il ou non regroupé ?), la question n’étant toujours pas tranchée.

Ce qui veut dire en clair que nous n’avons toujours pas la réponse sur le nombre de m² abandonnés pour le nombre de m² acquis. Tout cela est très imprécis, généraliste et subjectif dans sa présentation. 

À titre personnel, je pense qu’il vaut toujours mieux être propriétaire que locataire. En revanche j’aurais aimé savoir pourquoi le choix d’acquérir le siège actuel pour 9 millions d’€ n’est pas pertinent. Et là non plus les réponses ne sont pas convaincantes, d’autant que l’on sait que l’intégralité du personnel ne sera pas regroupé au nouveau siège.

Vous parlez de visibilité des lieux de pouvoir, je ne crois pas que ce soit un nouveau bâtiment, aussi beau soit-il, destiné aux agents et élus qui rende une collectivité plus visible. Je crois plutôt que c’est le travail et la pertinence du projet que l’on porte qui donne de la visibilité.

Enfin je voudrais évoquer l’engorgement à venir de ce quartier de l’amphithéâtre et je ne suis pas certaine que cet aspect ait été pris en considération dans votre réflexion.

Aujourd’hui, et selon un rapport de la SAREMM, le réseau de transports en commun n’est pas conçu pour absorber les 80.000 véhicules/semaine générés par Muse. Comment allez-vous réguler le flux supplémentaire généré par la localisation de ce nouveau siège ?  

Ce sont autant de questions pour lesquelles nous n’avons aucune réponse, et je le déplore.

Nous sommes, et chacun de nous le sait bien ici, dans un contexte de raréfaction d’argent public, avec des économies de 13 milliards d’€ demandées aux collectivités locales et les recommandations du Président de la Cour des Comptes demandant à ces mêmes collectivités une infinie prudence en matière de nouveaux investissements.

C’est cette prudence qui je crois manque aujourd’hui. C’est également la transparence qui malgré vos annonces n’est pas au rendez-vous. Et un projet qui aurait mérité, je le redis, un grand débat public et une participation citoyenne.

Je vous remercie.

Commenter

Your email address will not be published.