Metz lâchée par l’Etat

10167973_10202936530766643_5236088101454382179_n

Jeudi 20 novembre le gouvernement a fait adopter la nouvelle carte des régions françaises. Après des mois de tergiversations entre députés et sénateurs, le sort de la Lorraine semble être définitivement scellé et son avenir lié à celui de la Champagne-Ardenne et de l’Alsace.

Comme si ce mariage forcé ne suffisait pas, et alors même que le texte prévoit que les chefs lieux définitifs des nouvelles régions seront désignés par décret en Conseil d’Etat après avis du Conseil Régional des territoires concernés (soit après les élections régionales de décembre 2015), le coup de grâce est porté à Metz en faisant voter, par dérogation, un amendement fixant à Strasbourg le chef lieu de cette future grande région ! Metz ne sera donc plus la préfecture de Région !

Nous ne pouvons que regretter le dénouement lamentable de cette réforme et la manière dont celle-ci est conduite depuis son annonce, en avril dernier, par le Premier Ministre. Rien sur la clarification des compétences, rien sur l’efficience des politiques publiques, et pas d’économies à la clé !

Nous ne pouvons que regretter l’obstination à défendre une région Alsace-Lorraine-Champagne Ardenne (ALCA) dont la cohérence restera longtemps à démontrer, considérant que cette nouvelle configuration était le meilleur gage pour Metz de conserver son statut de capitale régionale. Nous voyons malheureusement ce qu’il en est aujourd’hui !

Sans préjuger des recours qui pourraient être menés contre cette réforme inique, j’en appelle aujourd’hui à la mobilisation de tous les élus messins pour défendre Metz, revendiquer le siège de notre future Région et le maintien de certaines directions régionales. L’heure est grave. Et il serait inconcevable que Metz soit absente de cette nouvelle organisation territoriale, dont nous cherchons encore aujourd’hui le bienfondé.

 

Commenter

Your email address will not be published.