Eco taxe

La décision gouvernementale de mettre fin au contrat entre l’Etat et Ecomouv’ va coûter cher aux Français et aux messins en particulier. 

L’ardoise prévisible est de 3 milliards d’euros pour les français:  les pénalités prévues en cas de résiliation du contrat s’élèvent à 800 millions d’euros. Auxquels il faut ajouter 250 millions d’euros de loyers pour l’année 2014. Sans compter le manque à gagner de 450 millions d’euros par an qu’aurait rapportés cet impôt. Et la dizaine de millions nécessaires pour démonter et stocker les portiques.

Nous ajouterons à cela les dommages et intérêts que pourrait réclamer la société Ecomouv’ .

Difficile pour les français d’admettre pareil gâchis lorsque dans le même temps on leur demande des efforts inconsidérés. 

Cela montre une fois de plus l’incapacité de ce gouvernement à réformer notre pays, le non respect de ses engagements et le renoncement permanent de nos gouvernants face aux décisions courageuses et responsables qu’attendent les français.

Cette Eco taxe a été votée en 2009 par une écrasante majorité de parlementaires, de droite comme de gauche, et devait permettre de financer les infrastructures de transport (routes, lignes ferroviaires et fluviales…).

Son retrait trouve sa cause dans la politique fiscale désastreuse des gouvernements Ayrault-Valls et le ras le bol fiscal des français, bien compréhensible celui-là.

Et Metz dans tout cela ? Les salariés d’Ecomouv´ localisés sur l’ancienne base aérienne 128 sont sacrifiés au mépris des engagements pris par l’État dans le cadre des compensations militaires. Le maire de Metz est donc incapable de se faire entendre de ses amis politiques à l’image de notre ex ministre. 

Il est de notre responsabilité d’élus d’être aux côtés des salariés et de les aider à trouver toute solution acceptable pour leur avenir. 

Commenter

Your email address will not be published.