Conseil municipal du 28/09/17 – ZAC de Bon Secours

03-diago.show

Monsieur le Maire, ce point sur la ZAC de Bon Secours va me permettre évoquer une nouvelle fois votre politique en matière de logement, celle que vous menez depuis votre arrivée aux affaires en 2008.

Avant toute chose, je voudrais dire combien je fonde d’espoir dans cette ZAC de Bon Secours car lorsque je regarde ce qu’est devenue la ZAC de l’amphithéâtre et ce qu’est devenu ce quartier, j’ai mal aux yeux. C’est tellement dense, que l’architecture du Centre Pompidou Metz a bien du mal à rayonner encore !

Où en êtes-vous, Dominique Gros, vous qui avez été membre de l’opposition municipale pendant plus de 20 ans, vous qui avez approuvé en son temps le projet POMPIDOU dans son écrin de verdure, comme nous tous … Le pouvoir change-t-il à ce point ?

Notre ville a perdu 6.000 habitants depuis 2010 et cette hémorragie touche également le territoire de Metz Métropole au profit des communes de seconde couronne, telles Boulay, Bouzonville, ou d’autres encore, les ménages étant attirés par la maison individuelle et les communes périphériques répondant à cette demande avec la construction de nombreux lotissements, un stationnement facile et gratuit, et la mise en oeuvre d’une véritable politique de proximité au service des familles.

La vacance de logements à Metz est de plus de 10% aujourd’hui et en construisant, nous ne faisons que déplacer les personnes qui quittent l’ancien (notamment en centre-ville) vers le neuf, pendant que les autres fuient et s’installent hors notre ville et notre agglomération.

Nous faisons fuir les jeunes ménages avec une politique de stationnement payant rédhibitoire, avec l’augmentation de l’insécurité, avec la paupérisation commerciale de notre centre-ville.

Mais nous continuons à construire, bien au delà de ce que préconisait le Plan Local de l’Habitat.

Le problème aujourd’hui n’est plus seulement celui des friches commerciales, c’est également le problème de la vacance de logements et la dégradation de l’ancien sur lequel on ne vous entend jamais. Quel est votre plan d’action pour y remédier ? Quelle est votre stratégie pour attirer à nouveau les jeunes ménages à Metz ?

Bien sûr, cela va dépendre de la politique d’attractivité que l’on va mettre en place. Et Cela passe par une ville apaisée dans laquelle on n’a pas peur de se promener seul le soir, cela passe par une vie commerciale de qualité, cela passe par un urbanisme harmonieux et un centre-ville moderne, lumineux, un stationnement facile, qui attire. Nous y reviendrons bien sûr.

Il est à espérer que les erreurs qui viennent d’être commises au centre ville ne le seront pas lors de l’aménagement du quartier Bon Secours.
Je veux bien sûr parler du plateau piétonnier: UNE HORREUR. Pour un budget de 3 millions d’euros prévisionnels. Qui plus est dangereux et glissant.

La rénovation de ce plateau piétonnier avait été souhaitée pour lui redonner un coup de jeune avant l’ouverture de Muse. C’est un véritable raté, que nous espérons tous ici provisoire.

Vous nous aviez imposé au sein même de cette enceinte un damier pas très heureux, et nous vous avions alors fait part de nos doutes et des réserves que nous formulions. Il se trouve que techniquement, ça n’était pas non plus au point et que l’on a fini par nous mettre de la peinture rouge dont on ne comprend guère le sens.

Monsieur le maire, le Département avait voté une subvention de 400.000€ au titre de l’aide aux territoires pour cette rénovation, et cela me fait vraiment mal. Pouvez-vous nous rassurer quant à la reprise nécessaire des travaux ? Nous ne pouvons imaginer que les rues des Clercs et Serpenoise restent dans cet état.

Concernant le stationnement, depuis votre arrivée en 2008, nous sommes passés à Metz de 2.870 places payantes en voirie à 5.262 places.
Avons-nous les moyens, à Metz de mener cette politique absurde de chasse aux voitures ? Notre ville se porte-t-elle tellement bien pour pouvoir supporter pareille politique ?

Les résidents concernés devront désormais payer 204€ par an pour se garer devant chez eux, 408€ pour une famille avec deux voitures. Ce n’est ni plus ni moins qu’une augmentation déguisée de leur taxe d’habitation !

Quant aux pendulaires, ceux qui viennent travailler à Metz, rien n’a été pensé pour eux, si bien que certains ont déjà quitté leur travail avec des licenciements a la clé.

Même chose pour les 4.000 adhérents des clubs sportifs des Arènes, avec une diminution annoncée de 20% du nombre d’adhérents, ceux-ci ne pouvant plus stationner gratuitement et réclamant en vain la mise en place de zones bleues.

Cette politique est désastreuse pour Metz et son l’attractivité . A l’heure où bien des villes relancent leur attractivité en mettant en place un stationnement gratuit, notamment en centre-ville, vous faites l’inverse et prenez des décisions qui vont à l’encontre de ce qu’il faudrait faire.

Je vous demande de revenir sur votre décision de rendre le stationnement payant partout à Metz.

Je vous demande également de bien vouloir étudier les possibilités de stationner gratuitement pour quelques heures dans les parkings de centre ville afin de lutter contre cette concurrence déloyale des centres commerciaux de périphérie qui offrent, eux, du stationnement gratuit.

Je vous remercie.

Commenter

Your email address will not be published.