Conseil municipal du 26 février 2015 – Centre Pompidou Metz, un nouveau souffle !

FullSizeRender.jpg

En tant qu’administratrice du Centre Pompidou Metz, il me semble important ce soir de rendre hommage à la nouvelle directrice du Centre Pompidou Metz ainsi qu’à son équipe, qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour parvenir à boucler le budget 2015. L’annonce par le Président du Conseil Régional de Lorraine, Jean-Pierre Masseret, du retrait de 1 million d’euros sur le budget global nous avait plongé dans de tristes perspectives, et il aura fallu tout le talent de cette jeune femme pour construire et permettre à Pompidou Metz de sortir de l’impasse financière.

À cet égard, je m’étonne de la formulation du rapport présenté en conseil municipal qui parle de « maintien » de la subvention de la Région… La crédibilité des responsables politiques passe d’abord par la transparence de l’information donnée. Le Conseil Régional de Lorraine a retiré sans prévenir 1 million d’euros et permettez-moi de voir dans cette décision malheureuse une querelle d’hommes bien davantage qu’une prise en compte de l’intérêt régional et général.

J’aimerais également faire état des différentes critiques émanant des élus de la majorité municipale et de l’opposition départementale, qui reprochent au Conseil Général de la Moselle de financer de grandes institutions et qui dans le même temps critiquent le même Conseil Général de ne pas suffisamment financer le Centre Pompidou Metz … la démagogie et la cohérence ne font décidément pas bon ménage !

Toujours est-il que la participation du Conseil Général est désormais actée, et lorsqu’on sait que la diminution de la dotation de l’Etat et l’augmentation des dépenses sociales obligatoires nécessitent de trouver 36 millions pour boucler le budget départemental, on peut apprécier l’effort qui est fait ici pour permettre à Pompidou de vivre,tout simplement.

J’approuve votre décision Monsieur le Maire d’augmenter votre participation tout comme le fait Metz Métropole. Car Pompidou, c’est notre pépite. Que nous resterait-il sans Pompidou ?

Cet équipement culturel a changé notre image, il doit nous faire rayonner bien au delà de notre Région. Et à cela nous devons nous atteler, tant en termes de campagnes de communication, en lien direct avec Pompidou Paris, qu’en termes de programmation, laquelle doit être audacieuse et attractive. Et avec des grands noms, sans lesquels nous aurons du mal à attirer les foules.

J’ai confiance en cette nouvelle équipe qui me semble réellement avoir pris la mesure du défi que nous avons là à relever. Mais cela passe aussi par une remise à plat des politiques d’accueil, des politiques tarifaires (2/3 de gratuité aujourd’hui), de la gestion interne, de la gestion de la masse salariale, et une rigueur bien plus forte que précédemment, les finances étant contraintes pour tous.

Nous devrons rester extrêmement vigilants et surtout garder une réelle ambition pour cet équipement, une ambition tant artistique qu’architecturale, et je pense tout particulièrement à l’environnement urbanistique, lequel à ce jour n’est pas des plus réussis.

Jean-Marie Rausch, en relevant le défi de l’implantation du Centre Pompidou Metz, a fait le choix d’une œuvre architecturale inédite. N’oublions pas qu’en faisant le choix de Shigeru Ban, nous avons donné une « marque » à notre ville, avec l’ambition de créer un ensemble urbain qui valorise et renforce cette œuvre majeure et unique.

Les premières réalisations mettent en péril cette ambition. Je souhaite là aussi la plus grande vigilance quant aux réalisations futures.

Commenter

Your email address will not be published.