Conseil municipal du 07 juillet 2016 – Fermeture d’une école à Bellecroix : une erreur d’appréciation

ecole-la-foret-le-roi-1

Monsieur le Maire, après la fermeture de l’école de Landonvillers, puis celle des Primevères à Metz-Borny, c’est aujourd’hui le tour de cette petite école maternelle de Metz-Bellecroix de fermer ses portes suite à votre décision guidée par des raisons budgétaires. 

Je note que rien n’est aujourd’hui acté concernant le devenir de ce bâtiment si ce n’est une hypothétique reprise par  Metz Habitat Territoire, ce qui est loin de constituer en soi un projet.

Nous avions déjà débattu de votre décision de fermeture de l’école « les Primevères » à Metz-Borny prise sans concertation préalable.

Cette décision et cette nouvelle politique de fermeture d’équipements scolaires me semble être une erreur, ces lieux de grande proximité permettant d’établir un lien social et familial nécessaire entre l’école, les enseignants, et les familles de ces quartiers fragilisés. 

En Février dernier, je vous interrogeais sur les solutions mises en œuvre pour les parents dont les plus jeunes enfants sont désormais orientés vers l’école maternelle Saint-Eucaire, en Outre-Seille tandis que leurs aînés iront à l’école élémentaire ou au collège de leur quartier à Bellecroix ? 

J’ai bien entendu  Mesdames Bori et Sagrafena nous expliquer que les écoles de taille beaucoup plus importante regroupant classes maternelles et élémentaires permettaient un meilleur apprentissage et une meilleure intégration. Permettez-moi d’en douter, au vu des nombreux témoignages n’allant pas dans ce sens…

J’ai pu rencontrer à cet égard nombre d’enseignants de ces quartiers prônant une orientation différente.

Monsieur le Maire, si je comprends l’impérieuse nécessité de mettre un frein à cette frénésie des dépenses qui a été la vôtre pendant 8 ans, je ne peux en revanche concevoir que ces économies se fassent  sur le dos des populations les plus fragiles.

Et d’une manière plus générale, alors que vous dites sanctuariser le budget éducation, on assiste à des fermetures d’écoles, à une réduction des crédits pédagogiques aux écoles primaires (18%), une augmentation des tarifs pour les familles contraintes d’inscrire leurs enfants aux activités périscolaires (fin des cours à 15h45), une augmentation des tarifs de la restauration scolaire, la diminution du nombre d’ATSEM dans les écoles contrairement aux promesses faites aux parents (l’exemple de « l’Ile aux enfants » où pour 5 classes il n’y a désormais plus que 3 ATSEM), la diminution drastique des crédits dédiés à l’animation estivale (13000 places supprimées en 2015, une semaine de moins en 2016) … Tout cela ne me semble pas aller dans le bons sens, et c’est un choix politique que je ne partage évidemment pas.

Je voterai contre cette décision que je crois extrêmement pénalisante pour les familles concernées.

Commenter

Your email address will not be published.