Conseil municipal de Metz – Intervention relative au budget primitif 2015

En propos liminaires, je me permettrais de rappeler quelques éléments contextuels locaux qui nous permettent de mieux appréhender vos priorités politiques que traduit ce budget 2015.

Vos amis du gouvernement socialiste viennent de nous enlever la capitale de la Région, après nous avoir fait fusionner pour devenir une grande Région concentrant les difficultés économiques, avec des résistants de la dernière heure qui n’ont pas cru bon se prononcer lorsqu’il en était encore temps (le débat était pourtant d’actualité il y a déjà 10 mois).

Vos amis du gouvernement socialiste nous ont enlevé Ecomouv et bientôt peut-être nos douaniers, et pire, nous considèrent aujourd’hui comme la poubelle de la France avec la BA 128 que nous devrions transformer en décharge publique pour y entreposer les portiques du désespoir !

Avec le Contrat de Plan Etat Région, vos amis du gouvernement socialiste nous mettent sur la paille, alors que partout ailleurs la part de l’État augmente.

Vos amis socialistes de la Région mettent en péril le Centre Pompidou Metz, préférant l’aéronautique et ses projets hasardeux à un outil culturel au fort potentiel économique. Et vous, que faites-vous ? Vous faites le choix politique de refermer la ville sur elle-même !

Vous doublez le prix des piscines pour les non-messins, sans vous soucier de l’impact qu’une telle mesure peut avoir. Vous enlevez 300.000€, soit 1/3 de la subvention annuelle versée au centre de formation du FC Metz et consacrée à la formation et à l’insertion des jeunes footballeurs. Vous mettez en péril l’Open de Moselle, vous fragilisez l’ONL, vous réduisez la production artistique de l’Arsenal, comme si le sort réservé à Pompidou Metz par votre ami socialiste Monsieur Masseret ne suffisait pas. C’est une véritable provocation !

Que vous demandiez à chacun de faire un effort me semble tout à fait justifié car il va bien falloir rattraper les innombrables dérapages des années précédentes où le mot «économies » était pour vous un gros mot. Mais dans ce budget, vous mettez en péril ce qui nous fait rayonner. Et ce n’est pas le palais des congres qui nous donnera cette visibilité dont nous avons besoin. Ce palais des congrès que vous privilégiez au détriment du reste.  

Tout cela parce que vous avez été incapable, monsieur Toulouze, d’anticiper et de prévoir depuis ces quatre dernières années où vous gérez les finances de notre ville. Gouverner n’est-ce pas prévoir ? Vous n’avez pas su ni voulu faire, les échéances électorales guidant vos choix, et aujourd’hui nous le payons très cher. 

Monsieur Toulouze vous semblez découvrir les finances de la ville, un peu comme vous, Monsieur le Maire, qui découvrez les locaux de Metz Métropole Développement, les trouvez somptueux et décidez d’en changer pour faire des économies … Dommage que vous n’ayez pas pensé à les visiter avant, lorsque c’était ceux de Thierry Jean, nous aurions fait des économies depuis plusieurs années et les coupe-sombres que vous faites subir aujourd’hui aux uns et eux autres n’auraient pas été nécessaires. 

Vous faites aujourd’hui, une fois de plus, les mauvais choix. Vous refermez cette ville sur elle-même, au moment où il faudrait l’ouvrir sur les autres pour attirer et générer de l’emploi. Et vous travestissez la réalité !

Lorsque vous nous annoncez 200.000€ d’économies, grâce au regroupement Ville-CCAS, c’est faux. Le regroupement est une bonne chose car il va donner plus de cohérence et de lisibilité à la politique familiale, en revanche les deux postes supprimés au CCAS ont été intégrés à la ville et font désormais partie des effectifs municipaux. 

Lorsque vous dites « pas d’augmentation d’impôts », c’est faux ! Les bases augmentant, il aurait fallu que vous baissiez les taux pour que la fiscalité reste au même niveau. Vous pouviez le faire, cela relève de votre compétence.

En revanche, le budget communication a augmenté depuis 2008 de 850.000€. Revenir sur cette augmentation aurait été moins douloureux. Et personne ne vous en aurait voulu de ne recevoir le Metz Mag’ qu’un mois sur deux. Voilà une piste d’économies que nous vous avions suggérée et que vous avez refusé de suivre. 

Vous diminuez de 100.000€  la subvention de Metz Métropole Développement mais vous auriez certainement dû là encore vous poser les bonnes questions : A quoi sert cette agence, arrive-t-on à mesurer ce qu’elle produit ? Sans remettre en cause la compétence des personnes qui y travaillent, ne devrions-nous pas penser à les intégrer au personnel de Metz Métropole chargé du développement économique ? Et l’arrivée de Monsieur Fonte à Metz Métropole Développement va vite faire oublier les promesses d’économies de 100.000€ !! Monsieur Fonte qui, je le rappelle, quitte le cabinet du Maire pour s’occuper du palais des congrès à Metz Métropole Développement et faire l’inventaire des chambres d’hôtes existantes sur l’agglomération. Il y aurait vraiment de quoi rire si la bête ne se payait pas sur nos impôts …

L’image que donne ce budget 2015, c’est celui d’une ville qui ne laisse aucune place à ceux qui ne vous ressemblent pas, ces « salauds de riches », ceux qui n’entrent pas dans vos cases, qui ne font pas partie de votre clientèle. Et ce budget traduit on ne peut mieux ce rejet et cette violence qui vous anime. 

Vous vous donnez bonne conscience avec l’éducation. Le périscolaire a aujourd’hui 5 ans nous l’avons tous soutenu ici, mais il est temps de le faire évoluer car la réforme des rythmes scolaires que vous avez appliquée bien avant les autres et sans aucun discernement n’a pas apporté davantage de confort aux enfants, bien au contraire. Et le périscolaire n’a pas évolué pour autant, alors qu’il coûte 1000€ par enfant, pratiquement le double du privé,  Et qu’il va encore considérablement augmenter : quantité et qualité ne sont pourtant pas nécessairement liées. 

Nous voterons contre ce budget parce que vos choix sont idéologiques et font du mal à notre ville, et pour longtemps. Nous voterons contre parce que malgré ces décisions irréfléchiesvous ne parvenez toujours pas à diminuer les dépenses de fonctionnement qui continuent à augmenter alors que nos recettes diminuent de manière extrêmement rapide.  

Mais nous devrions être rassurés me direz-vous, car nous sommes dans la strate, et que nos recettes vont bientôt augmenter avec la mutualisation ! C’est ce que nous annonce votre adjoint aux finances. Voici donc venu le temps des miracles et de la multiplication des pains ! Metz haut lieu des miracles, c’est Noël, et nous avons enfin trouvé un facteur d‘attractivité ! 

Commenter

Your email address will not be published.