Conseil Municipal de Metz – Adhésion à l’association nationale « Centre-Ville en Mouvement »

Avec cette motion vous nous demandez aujourd’hui de nous prononcer pour un soutien au Commerce du Centre-Ville par l’adhésion à l’association « Centre Ville en mouvement ».

C’est une belle déclaration d’intentions mais cela veut au moins dire une chose : vous commencez peut-être, enfin, à sentir la souffrance de notre centre ville, nonobstant la propagande de certains de vos adjoints sur les réseaux sociaux. Mais de cela nous sommes habitués et plus personne ne s’y trompe.

Alors pour revenir aux choses qui ont de l’intérêt, je pense que cette adhésion est en soi une initiative intéressante mais tellement, pardonnez-moi, à mille lieux de ce que l’on attend de vous, Dominique Gros, Maire de Metz, chargé du développement économique de l’agglomération depuis l’éviction de Thierry Jean et Président de ce fait de Metz Métropole Développement.

Je suis tout de même un peu surprise car cela fait 6 ans que sont organisées les assises du commerce, où nous échangeons avec d’autres acteurs économiques, une séance avait même été dédiée au commerce de centre ville, et malgré cela on se retrouve 6 ans plus tard allant beaucoup moins bien mais nous étant beaucoup réunis et à grands frais.

Évidemment que la crise du commerce n’est pas propre à Metz et toutes les villes moyennes vivent aujourd’hui difficilement ce périlleux équilibre entre le centre ville et les zones périphériques. Cela, ajouté à l’e-commerce, complique un peu les choses.

Mais depuis le temps que nous réclamons une étude par Metz Métropole Développement d’un schéma de développement économique et d’attractivité commerciale équilibrée. Rien n’a été fait, à part laisser se développer ces zones périphériques qui finiront par avoir raison de notre centre ville si l’on ne fait rien pour y remédier, comme c’est le cas depuis 6 ans.

Qu’avez-vous impulsé ? Qu’avez-vous mis en place ?

Nous inaugurons ce soir Waves … très beau concept, qui va nous assécher. Avec Muse nous allons avoir ce centre ville à deux têtes.

C’est bien beau de faire venir des promoteurs. Mais comme le disait notre regretté ami Armand Knecht, ce qui compte ce sont les clients dans les magasins et qui achètent, pas juste des promeneurs !

Nous avons en centre ville de Metz un patrimoine architectural incroyable et nous sommes incapables de faire vivre ce centre ville que beaucoup nous envient. Un manque d’imagination et d’animation évident, des enseignes et des franchises qui n’apportent rien d’original, et une ouverture de ville, à l’entrée de cette rue emblématique  qu’est la rue Serpenoise, dans un des plus beaux bâtiments conçus ces dernières années avec la halle aux vêtements que l’on retrouve également à Augny. Il y a vraiment un truc qui ne tourne pas rond. Et d’ailleurs votre communication estivale anti Waves était tout de même assez tardive et très osée, faite dans le seul but de vous dédouaner par rapport à ce que nous pressentons tous.

Le pompon, c’est votre annonce sur les cinémas du centre ville de Metz, pour lesquels la municipalité aurait pu faire et n’a pas fait. Nous n’avons jamais été informés dans le cadre de ce conseil municipal des enquêtes ou appels à projets … ça me fait penser à votre affaire du palais des congrès ! Alors quelles sont les obligations que vous avez fixées pour sauver le cinéma de centre ville ? Nous élus et nos concitoyens avons-nous le droit d’être informés ?

Vous parvenez toujours à trouver des solutions juridiques lorsqu’elles sont susceptibles de servir vos intérêts. Mais là les intérêts sont ailleurs … Les grandes salles de cinéma telles Kinépolis ou CGR vont s’installer près de Waves et à l’amphithéâtre. Autant dire que notre centre ville le soir est mort, car mise à part la place sur laquelle aiment se rencontrer les VIP que l’on retrouve en vitrine des cafés de soirs en soirs, le reste ne vivra plus.

C’est cela qui nous attend, si nous laissons faire !

Enfin une dernière chose très importante : je souhaite que soit étudiée la situation de commerçants qui sont en grande souffrance et n’ont pas été indemnisés comme il se doit par la commission d’indemnisation Mettis. Voilà encore un point où vous avez trouvé le moyen d’indemniser les commerçants avec la mise en place d’une nouvelle commission d’indemnisation de la place Mazelle. Il n’y a donc aucune raison que les commerçants ayant souffert de travaux postérieurs à la mise en place du Mettis ne puissent être indemnisés sur d’autres secteurs.

Je vous demande donc de créer au plus vite une commission beaucoup plus large qui soit compétente pour examiner toute réparation de préjudice subi du fait de travaux réalisés par la ville. Cela s’appelle l’équité.

Commenter

Your email address will not be published.